Humeurs et Hormones

Un p’tit concours ?

Je vous avais promis sur ma page Facebook un concours, il y a de cela quelques jours (ouais t’as vu comme je fais de belles rimes de bon matin 😀 ), alors le voici…
Le lot à gagner c’est une superbe blouse à mémère (Taille 46/48, ouais je sais, c’est pourri comme kdo, en même temps t’es pas sur le blog mode/déco d’Aufeminin.com) et avec il y a un superbe torchon vintage mais neuf de l’Australie !
Ouais je sais je vends du rêve, c’est ce que me dit mon mari tous les jours quand je me lève.
Bref, pour y participer, tu dois :

  • liker la page Facebook de Ta mère, (pas la tienne, la mienne, suis un peu merde !) ou t’abonner au blog,
  • tu dois mettre en commentaire une photo bien pourrie de tes vacances sur la page facebook. J’aime bien les photos pourries ça me rappelle mes vacances de merde et j’ai surtout besoin de me marrer.

Et si t’as pas Facebook, tu m’envoies direct ta photo par mail (unepimprenelle@hotmail.fr).

C’est parti ! N’hésite pas à partager le concours, égoïste ! ❤

Sinon je vous kiffe ! Résultat du concours quand je le déciderai 😀

J’suis pas vieille, je suis vintage !

Si tu ne le sais pas, ben j’te l’dis cher lecteur, j’ai eu dans ma vie une période où j’étais fana du vintage.

J’en vivais plus ou moins bien, j’avais mon p’tit réseau, bref,  si tu veux en savoir un peu plus c’est là…  

J’avais un blog où je racontais des petites histoires à propos de chaque meuble que je rénovais et rebaptisais. Etant arrière petite-fille de curé (ouais, je sais, tu te poses des questions mais je te jure cher lecteur c’est possible) je me faisais appelée Georgette, relookeuse de meubles de son état, et j’aimais bien taquiner le curé du village dans mes petites nouvelles…

Extrait :

Georgette, comme tous les dimanches matins, se rendit à l’église…
N’aimant pas la foule des bigotes, elle préfère y aller une fois que la messe est dite et que le curé a replié ses gaules si je puis dire…
Assise au fond de la nef sur un prie dieu qu’elle aurait bien relooké, Georgette savourait le silence divin…
Quand tout à coup elle entendit une voix de stentor l’interpeller !
– Georgette !! Ah enfin, j’arrive à vous mettre la main dessus !
Je vous attends au confessionnal ! I-MME-DIA-TE-MENT !!!
– Meuh nan euh !!! J’ai rien fait de mal Môssieur le curé !
– Ah ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii ??????!!!!!! JE suis allé jeter un coup d’oeil à votre blog…
– Ah ! La curiosité est un vilain défaut Môssieur le curé !
– Non mais dîtes donc !!! N’inversez pas les rôles Georgette ! Mais vous vous rendez compte de ce que vous faites malheureuse !!!
Vous élevez le Guignolet et le Fernet Branca au rang de boisson divines et…
– Nan mais en fait le Fernet Branca c’est dégueu ! Même avec du coca ça passe pas…
– Cessez de m’interrompre ! Vous écrivez des articles avec des contrepèteries douteuses…
– Ah bah ! à ce que je vois, vous les avez toutes trouvées hein ? Vous avez aimé celle de la marquise qui…
– Taisez-vous Georgette ! Vous vous exhibez en petite robe et boa !! C’est au delà de ce que j’aurais imaginé ! Votre blog est un antre de luxure et de dépravation ! Et vous êtes d’une vulgarité parfois dans vos propos ! Vous me réciterez 3 patères et tous les jours je veux que vous veniez entretenir l’église pendant une semaine ! Ce sera vot’pénitence !
– Euh… Môssieur le curé ! Z’avez point peur dîtes ! Nan parce que si vous me lâchez toute seule ici, je sais pas si vous allez reconnaître votre église ! Manque un peu de couleurs et de gaieté ! Vous célébrez quoi en fait ? la Morne attitude ?
– ok Georgette… en fait, j’ai un petit buffet Henri II chez moi au prebytère, que j’aimerais bien RéNOVER ! Relooker ! Tous ces anglicismes ! Bref ! Si vous pouviez faire quelque chose…
– Nan mais oh ! Vous pouviez pas le dire tout de suite que vous avez aimé mes créations et réalisations au lieu de me gueuler dessus ! C’était pas plus simple de me le demander gentiment ?
– Pardonnez-moi Georgette… Et puis parlez moins fort ! On pourrait vous entendre !!

Voilà, le ton était donné 😉

J’avais aussi un fournisseur officiel de vintage, c’était môssieur Moitié, brocanteur de son état. Il savait toujours ce dont j’avais besoin, ce que j’aimais, il me mettait toujours de côté ce qui allait me faire triper (une commode, une lampe, un semainier, une table etc… !!!!

Pis des fois, comme il était un peu bordélique dans sa caverne d’Ali Baba et que ça dégueulait de partout, il chargeait son camion et venait tout jeter dans ma cour avant de passer à la déchetterie ; ça allait du casier en métal à tiroir aux planches en bois dont j’étais friande pour la rénovation des meubles… Une fois qu’il avait tout balancé, on se prenait un p’tit kir. Pas de café, nan, pas de café, fallait calmer la bête 😉

Môssieur Moitié c’est un spécimen…

Quand tu lui demandes si ça va bien, il te répond :

  • Tout va bien ! Les urines sont claires ce matin !

Bref… J’ai encore un petit stock de bricoles vintage à écouler et aujourd’hui, c’est ça :

C’est le lot à gagner pour fêter les vacances et…

  • avoir liké la page Facebook ou s’être inscrit à la newsletter du blog,
  • avoir partagé l’article sur Instagram, Facebook, Twitter ou pigeon voyageur..
  • et mis un petit commentaire ici ou sur la page Facebook…

Ami(e)s Belges, je sais que pas mal d’entre vous me suivez, vous pouvez y participer aussi 😉

Par contre, ne nous narguez pas parce que vous êtes en vacances une semaine plus tôt hein…

Profil bas ! On ne la ramène pas !

Je ne veux pas de photos avec les orteils vernissés sur le sable ou le gazon avec un mojito à la main…

Là, ça annule votre participation ! J’déconne évidemment mais pas tant que ça quand même 😀

PS : Taille 42 vintage la robe 😉

  • donc soit tu rentres dedans et c’est impec !
  • soit tu te motives pour rentrer dedans et tu fais le secret du poids…
  • soit t’aimes pas quelqu’un, et tu lui offres une belle blouse à mémère pour le lui faire savoir 😀
  • soit tu l’offres à ta copine ou collègue qu’est toquée du vintage 😉 et elle sera contente !

Résultat du concours le 7 juillet au soir 😉

 

En plein dans le Mille Emile

Tu ne l’as peut être pas vu cher lecteur, fan, abonné ou collègue, mais Ta mère a dépassé les 100 000 visites et ce, en à peine plus d’un an.

On parle bien du blog, hein… Qu’il n’y ait pas de malentendu et « de toute façon, je ne connais même pas votre mère… » (ça te rappelle quelque chose cette réplique ? »)   😀

Donc, comme toute occasion est bonne pour l’apéro mais qu’on ne peut pas trinquer ensemble, et bien ce sera concours !!!!

Pis comme j’aime bien faire des surprises, tu ne sauras pas ce que tu vas gagner en participant au concours.

Tu participes, tu joues et tu fermes les yeux jusqu’à ce que je te dise de les ouvrir 😉

 

Pour participer :

Et oui t’as bien lu ! J’ai besoin de ta date de naissance.

Si tu regardes en bas de la photo, tu connaîtras la mienne 😉

Bref, dis-toi que tu vas gagner la teacher box du mois, y paraît que c’est à la mode 😀

Et tu me connais ? Je ne te ferai jamais une blague comme ça :

Allez ! C’est parti mon kiki! Réponse dans quelques jours !

C’est l’anniv de ta mère

Dans quelques jours c’est l’anniv du blog de ta mère…

Ouais, je sais, ta mère, elle n’a pas de blog mais moi oui !

Bref, je me disais que pour fêter ça, ce serait sympa de faire un petit concours ! Genre, tu gagnerais une box pour instit en mal d’idée pour la fête des parents.

Alors voilà, je ne vais pas te dire ce qu’il y aura dans la box mais il y aura au moins un truc, genre ça :

22 mouchoirs vintage mais neufs, certains sont de Cholet (elle ne se fout pas de ta gueule ta mère hein !!!???!! ) avec le petit tampon qui va bien pour faire comme ta mère ——> c’est par là

Si t’as plus de 22 élèves, ben tant pis pour toi 😀

En tout cas t’auras 22 mouchoirs pour pleurer ta mère en mandarin, c’est déjà ça…

Evidemment, il n’y aura pas que ça, il y aura encore deux trois bricoles dans la box 😉

Donc, pour participer au concours de ta mère en maternelle « elle bidouille », tu dois :

  • mettre un petit commentaire, là, en bas de l’article (comme ça, j’aurai ton mail et je pourrai te contacter)
  • partager l’article évidemment et pis surtout…
  • dire à tes copains, tes copines, tes collègues, ton frère, ta soeur, ton tonton, ta tata etc… que ta mère en maternelle c’est super cool pis que ce serait bien de liker la page Facebook.

Voilà voilà….

Allez, bisous ❤

PS : Résultat du concours le 14 avril 😉

 

On n’est pas qu’instit…

On n’est pas qu’instit, on est aussi serrurier, plombier etc…

Dans notre école, la communication avec la mairie et les services techniques, est quelque peu perturbée.

Lire un petit aperçu ICI.

Depuis Décembre, nous réclamons par téléphone, mail ou compte-rendu de conseil d’école, la vérification des serrures des deux portillons de la cour de récréation.

A cela, on nous a répondus que la difficulté d’ouvrir et fermer les serrures était  due au gel et qu’il fallait attendre.

Seulement, depuis décembre, nous avons tout de même eu quelques journées à la météo clémente… et les serrures demeurent toujours capricieuses.

Depuis une semaine, les portillons ne ferment carrément plus. Autant dire, que lorsque t’es de service de récré, tu pries Saint Antoine de Padoue pour retrouver tous tes marmots à la fin de l’heure.

Bref, ce matin, la moutarde m’est montée au nez, et j’ai demandé à mon mari de me filer toutes ces bombes aérosols pour dégripper les serrures…

Devinez qui était à l’œuvre ce matin en arrivant à l’école et a fait marrer ses collègues, à tel point qu’ils m’ont prise en photo depuis la salle des maîtres ?

Puis comme j’étais chaude comme la braise, parce qu’il m’a fallu moins de cinq minutes pour régler le problème, je me suis fendue d’un petit message privé sur la page Facebook de notre mairie :

08:36

Vous direz à votre employé communal (qu’on attend depuis trois mois pour dégripper les serrures des portillons de l’école maternelle) qu’il n’a plus besoin de se déplacer. Je m’en suis chargée, moi, Mme M….., enseignante en petite section. Votre incapacité à réagir ou transmettre des informations à vos employés communaux suite aux mails, appels, ou compte rendu de conseil d’école de notre directrice montre votre désintérêt d’élu pour une chose, peut être insignifiante pour vous, mais qui pourrait être lourde de conséquences, si un enfant venait à s’échapper durant la récréation.
Pour info, ça m’a pris 5 minutes de faire votre travail….
Le message a été vu très rapidement, pour autant, aucune réponse n’a été faite…
Par contre, dans l’après-midi, on a pu constater que trois employés municipaux étaient venus constater le bon fonctionnement des serrures (enfin, je suppose…) Ils sont restés là à discuter pendant vingt minutes devant le portillon, pis plus rien…
C’est con, que j’ai fermé mon auto-entreprise, j’aurais bien envoyé une facture de dépannage de serrurerie à la mairie.

Si cela n’était épisodique, cela resterait anecdotique…

Seulement cet hiver, nous sommes restés deux semaines sans pouvoir sortir, parce que la cour n’ayant pas été salée, c’était une patinoire. On nous a répondus que c’était trop tard, fallait saler avant que ça gèle et que maintenant c’était foutu, fallait attendre que ça dégèle…

C’est mon collègue de GS qui, de guerre lasse, a fini par prendre râteau et pelle de jardinage de l’école (les petits modèles pour nains de jardin si vous voyez ce que je veux dire) pour casser la glace et nous avons pris le sel de cuisine pour accélérer le processus et enfin, nous avons pu retourner dans la cour…

Il y a deux semaines, c’est un remplaçant qui a débouché l’évier de la cuisine, vidé le siphon etc… car on en avait un peu marre d’attendre notre raie du cul communale.

Cet automne, les feuilles n’ont pas été ramassées non plus.

Depuis trois ans, on attend que la mousse soit ôtée des sols autour des jeux, tellement c’est devenu casse-gueule.

Ah oui j’oubliais ! La semaine dernière, c’était conseil d’école. La municipalité nous a envoyés son photographe en tant que représentant des affaire scolaires…

Et vous ? ça se passe comment avec votre mairie ?

Des petites anecdotes en commentaires ? 😀

 

C’est pas beau de vieillir moi je dis…

Cette semaine, j’ai eu avec des collègues venus d’un peu partout de l’académie, deux jours de formation sur : « Agir et comprendre à travers l’activité physique ».

J’avais reçu un mail, la veille, disant : « Merci de se munir d’une paire de chaussures et d’une tenue adaptées à un déplacement en extérieur. » Chais pas vous, mais moi j’ai compris « venez en tenue de sport quoi ! ».

Devinez qui fut la seule à se pointer en legging moule-cul, sweat-shirt, baskets et polaire tue-l’amour…

Je vous laisse encore quelques secondes pour réfléchir….

Revenons à l’intitulé de ma formation (oui je la joue très perso, c’est MA formation !)

Agir à travers l’activité physique, ça, je comprends ; c’est se bouger le cul, mais bon ça ne se dit pas en vrai à l’école, sauf dans la salle des maîtres.

Mais comprendre à travers l’activité… Comprendre quoi ? Alors là…

Alors si ! Nos fabuleux conseillers pédas (ils étaient quand même pas loin de cinq pour onze stagiaires, on ne sait jamais, des fois que ça soit vraiment difficile de nous faire rentrer les nouveaux programmes vieux de deux ans dans la caboche)on m’a bien expliquée : le nain doit être capable de formuler ce qu’il a fait, de dire pourquoi il a réussi ou pas…

 

ça donne ça : (petite interview d’un enfant qui sort de l’atelier « roulade »)

  • Est- ce que t’as réussi ?
  • Ouiiiii !
  • Pourquoi dis-tu que tu as réussi ?
  • ….
  • Comment tu sais que t’as réussi ?
  • Ben parce que !
  • Ok ! là tu commences vraiment à me faire chier espèce de p’tit con ! T’as fait quoi là ?
  • Une roulade !
  • Ah bah voilàààààààààààààà ! T’as enfin réussi à me le chier ton putain de mot !

En même temps, je pense que même le plus neuneu des neuneus saura vers 18 ans ce que c’est que de faire une roulade.

Et pis après, de toute façon, t’en fais plus de roulade parce que t’es trop rouillé et que pour le coup t’as vraiment l’air con… Ouais je sais, je suis de TRèS mauvaise fois.

Donc on a essayé d’agir et de comprendre à travers l’activité physique en jeu collectif, en orientation et en atelier gymnique.

Pour le jeu collectif, comme j’étais vénère d’être la seule en legging, ben j’ai triché tout le temps !

Quand il s’agissait de ramener UN seul lego dans la caisse en un temps limité, moi je faisais une tour avec les legos, et j’amenais ma tour dans la caisse de mon équipe. Me suis faite grondée par la conseillère péda.

Quand j’étais touchée par l’adversaire (pas émotionnellement hein !) ben j’étais normalement pétrifiée et je ne pouvais plus me déplacer vers mon camp pour encore déposer mon lego dans la caisse de mon équipe, ben du coup je le lançais dedans. Me suis encore faite grondée par la conseillère péda.

Comme tu peux le remarquer cher lecteur, on s’est vachement bien mis dans la peau du nain de 4/5 ans qui fait un jeu collectif. Ma directrice qui m’accompagnait au stage, a horreur de perdre. Elle nous briefait à chaque pause comme si on était des joueurs de NBA.

  • Ouais mais nan chef, les nains ils réfléchissent pas comme ça ! Quand ils ont leur lego, y veulent pas le lâcher !
  • M’en fous ! J’aime pas perdre ! J’ai horreur de ça ! Alors on les lamine en face !
  • ok chef ! 😀 (je l’adore ma chef, elle m’éclate, elle est toujours à fond !)

Ensuite, on a eu droit à un atelier « course d’orientation ».

Je fus une élève en souffrance comme on dit.

Déjà, parce que j’ai le sens de l’orientation d’une huître, mais aussi parce que le type invité pour l’occase pour nous expliquer les codes et enjeux de la course d’orientation, parlait tellement vite qu’il m’a soulée. Il a perturbé la digestion de ma pizza quatre saisons le connard.

J’étais en souffrance également à cause du bruit ! Une collègue volontaire, nous a fait la démonstration d’une course d’orientation dans l’école avec sa classe de grande section. J’avoue que ça démarrait super bien. Comme dans les vidéos du site de formation à distance Magistère… Les élèves étaient super calmes et attentifs, ils répondaient super bien aux questions posées par leur maîtresse, ils avaient l’air d’avoir super bien intégré les règles etc… J’en étais à me dire : « Punaise, c’est surement une instit qui va finir conseillère péda tellement elle emploie des termes que je comprends pas, tellement elle a travaillé la progressivité de ses ateliers, tellement elle gère super bien sa classe, y en a pas un qui moufte. Me suis sentie rapidement une grosse merde.

Et la course a commencé… Ce fut le hors piste total !

Les gamins couraient partout, s’amusaient à faire des glissades, à crier, y en a un qui s’est pris un chambranle de porte dans la gueule, un autre qui s’est viandé le menton sur le carrelage, deux autres se sont téléscopés par le front, bref, tout ce petit monde fut vite garé dans un coin par une Atsem vigilante.

En même temps, j’avoue, j’aurais pas fait mieux voire pire ! Et j’admire cette instit qui s’est lancée dans ce projet pour nous servir une séance durant la formation car l’exercice était vraiment casse-gueule, c’est le cas de le dire…

Le soir, sur MA page Facebook, (je te le répète cher lecteur, je ne suis pas encore totalement décentrée de mon nombril, je suis comme mes nains, c’est MA formation et c’est MA page facebook) je balance une connerie sur MA journée et je reçois un message :

  • Coucou ! Serait-on dans le même stage ? C’est toi qui bosses à B…….. ?

Putain de merde, je viens de me faire gauler… mais par qui ?

  • Euhhhh oui… Et toi, t’es qui ?
  • On était à côté sur le banc, pendant la super séance d’orientation !
  • Aaahhhhhhhh !!!!

Le lendemain, on se retrouve un peu plus complices avec la collègue et on travaille ensemble à l’atelier gymnique.

Il s’agissait de déterminer les consignes et objectifs (la routine quoi) le déroulé de la séance, les variantes etc…. blablablablaaaa….

Et nous voilà à parler d’une séance quant à se déplacer devant un obstacle.

Et là, la collègue me demande très sérieusement :

  • T’as jamais essayé ?  tu sais, t’as les mains par terre et les pieds en l’air  ? on te tient les pieds quoi…
  • Euh… Tu veux vraiment que je te réponde ? 😀 Nan parce que ça s’appelle la brouette….

Eclat de rire….

Pis en discutant, on s’est aperçue qu’on avait travaillé dans la même école il y a plus de quinze ans durant une année…

 

C’est pas beau de vieillir moi je dis…

J’peux plus faire de roulades…

 

 

 

 

Liebster Award

J’ai une amie blogueuse qui m’a fait un super cadeau !

Elle m’a nominée au Liebster Award, c’est Fanny Gatibelza de https://fannygatibelza.wordpress.com/

th

Je dois :

  • Dévoiler 11 secrets à propos de moi,
  • Répondre à ses 11 questions
  • Nominer 11 blogs, mettre leur lien dans mon article, les en informer et leur poser 11 questions.

 

Mes 11 secrets :

  • J’ai une grande vie intérieure. Donc, quand on me parle et que ça ne m’intéresse pas, je pars loin, très loin. Et là, je suis bien.
  • je suis une râleuse —-> c’est par ici !
  • j’adore la solitude.
  • je ne m’ennuie jamais.
  • J’ai perdu toute crédibilité chez mon ostéopathe il y a quelques années, depuis je porte quotidiennement une culotte gainante vintage ——> c’est par là !
  • Celui qui mange une orange, une clémentine,  ou une banane près de moi, j’ai envie de le buter.  Comment peut on infliger cette horrible odeur tenace à tout son entourage ?
  • Je lutte contre 5 putains de kilos pris après avoir arrêté la clope, et je lutte aussi pour ne pas reprendre la clope du coup… ——> Si ça t’intéresse
  • j’ai écrit un livre non publié, bien que j’étais à un poil de cul d’y arriver. Tu me diras « Tous les instits écrivent des livres en espérant être publiés, toucher des supers droits d’auteurs, et une avance sur le prochain bouquin, pour ne plus devoir aller en classe … » C’est pas faux.
  • je dis toujours que je me tape des mojitos mais en fait, je ne supporte plus l’alcool. Et ça me fait bien chier quand même j’avoue…
  • Les licornes, les paillettes, tout ça c’est des keuneries (je le dis exprès parce que j’aime bien embêter deux copines qui se prennent pour des licornes…
  • Je creuse un tunnel depuis ma classe pour m’évader. Le problème c’est que je suis au premier étage.

Mes 11 réponses :

  1. Ce que tu préfères dans ton blog…? Déconner.
  2. Ce que tu as découvert grâce aux blogs ? Une liberté de pensée et d’écrire
  3. Ton meilleur article? Pinterest est dangereux pour n’importe quel couple avec un instit
  4. Petit(e) tu voulais être…? Maîtresse. Le jour où j’ai sorti cette connerie, mes parents auraient dû mettre une belle baffe dans la gueule.
  5. Tu deviens président de la république. La première chose que tu décides ? Tout le faste de l’Elysée est réduit à zéro : les voitures de fonction avec chauffeur, les appartements de fonction, les changements de déco à chaque investiture, les coiffeurs et autres passe-droits, les pensions versées  à d’anciens ministres ou présidents, autres que la retraite, tout est supprimé. Les ministres et autres pique-asssiettes mangeront désormais à la cantoche du LEP ou du collège le plus proche.  Je m’arrête là parce que j’ai un programme d’enfer et je vais me retrouver au Formule 1 de Sochaux, gaulée  avec un chippendale ou mise en examen pour emploi fictif dans l’éducation nationale (ouais, j’avoue, je fais pas de fiche pédagogique…)
  6. Ton plus grand moment de solitude…? En animation pédagogique ou en formation.
  7. Le bonheur c’est quoi pour toi ? Me sentir à ma place.
  8. Ton leitmotiv ? Une porte se ferme, une autre s’ouvre.
  9. Tu te vois comment/où dans 3 ans ? J’en sais rien, j’arrive déjà pas à vivre le moment présent.
  10. J’ai une baguette magique et tu peux faire un voeu. Lequel ? Devenir président de la république.
  11. Ta meilleure blague ? Devenir président de la république.

Les 11 blogs à découvrir :

https://desfoisjoublietout.com/

https://ellea40ans.com/

https://misstexasblog.com/

http://bibliblog.net/

https://lesmercredisjolis.com/

https://suzanne35blog.wordpress.com/

https://bouzou.wordpress.com/

https://artdecoachblog.wordpress.com/

https://lesideesdeju.wordpress.com/

https://cakeaucitron.wordpress.com/

https://maitrefrancois.com/

Les 11 questions pour les blogueurs cités (ils y répondent ou pas, faut être rebelle parfois…Parce que mieux vaut être bel(le) et rebelle que moche et remoche) seront les mêmes que celles posées par Fanny Gatibleza parce que je suis une feignasse mais aussi parce que j’aime bien ses questions .

  1. Ce que tu préfères dans ton blog…?
  2. Ce que tu as découvert grâce aux blogs ?
  3. Ton meilleur article?
  4. Petit(e) tu voulais être…?
  5. Tu deviens président de la république. La première chose que tu décides ?
  6. Ton plus grand moment de solitude…?
  7. Le bonheur c’est quoi pour toi ?
  8. Ton leitmotiv ?
  9. Tu te vois comment/où dans 3 ans ?
  10. J’ai une baguette magique et tu peux faire un voeu. Lequel ?
  11. Ta meilleure blague ?

 

Mon horoscope chinois

On commence à se connaître un peu, toi et moi, cher lecteur, donc je vais te raconter un truc super intime.

Il y a quelques années, j’ai connu la plus grosse honte de ma vie. Depuis, je me suis remise en question, je ne mets plus de string et je ne crois plus en l’horoscope chinois.

Je comprends que tu ne voies pas le rapport, là maintenant tout de suite, mais tu vas bientôt capter.

Un jour, que j’étais jeune et belle, avec ma foi en l’éducation nationale en bandoulière, (maintenant elle se situerait plutôt dans ma fosse septique, mais bon…), je me suis bêtement vrillée le dos en montant l’escalier pour aller chercher un groupe d’élèves (j’avais un poste ZEP à l’époque, aujourd’hui ça s’appelle PDMQDC (Plus De Maître Que De Classe, ouais, je sais ça ne s’invente pas… A mon avis à l’éducation nationale, ils ont pris un ancien instit retraité dépressif et ils l’ont chargé de la communication, je dis ça, je dis rien… on a que ce qu’on peut se payer hein ?? )

Bref ! Je prends l’annuaire dans le bureau du directeur(ouais, c’était ça ou le minitel), pendant la récré et j’appelle tous les ostéos, les uns après les autres, l’un d’eux me dit qu’il consulte sans rendez-vous après 16h.

Qu’à cela ne tienne, je file comme une centenaire en déambulateur vers ma voiture, dès la sortie de l’école, et direction ce fameux cabinet d’ostéopathie.

Quand j’arrive, il y a une foule qui dégueule de la salle d’attente jusque vers l’entrée.

Je décide de rester quand même, je souffre trop.

Au bout d’une heure, j’ai enfin une place assise. Quand t’es assis, t’es plus détendu, ton esprit  part loin.

Enfin pas si loin que ça… Me suis rappelée que ce matin là, j’avais mis un string.

Un string chez un ostéopathe…

Nan c’est pas possible… Mais je ne pouvais pas prévoir…

En même temps ça n’est pas possible de retourner chez moi me changer, un vieux va me piquer ma place… Tant pis, je mettrai ma fierté de côté… pis je fouille un peu ma mémoire, et là ça me revient… J’ai pas non plus les mêmes chaussettes.. J’en ai une blanche et une rose… Me suis dit que dans mes Converse à fleurs, ça ne se verrait pas…

Là, j’ai une suée… je reste et je perds ma dignité ? ou je me barre à la vitesse d’une limace et j’en chie encore demain ?

Finalement, je reste…

Arrive mon tour…

Je rentre péniblement dans le cabinet de l’ostéo…

  • Qu’est-ce qui vous amène ?
  • Un mal de dent connard ! Ben, je me suis vrillée le dos, je suis coincée, j’ai affreusement mal.
  • Votre Carte Vitale, s’il vous plaît !
  • Voilà
  • Votre nom c’est bien F…….. ?
  • Nan, maintenant c’est P…., je divorce.
  • Ah bon ? dit-il en se jetant en arrière dans son super fauteuil ergonomique.
  • Ben oui, ce sont des choses qui arrivent…
  • Mais dîtes moi… Vous êtes coq ? dit-il en se rapprochant prestement de l’écran de son ordi ?
  • Pardon ?
  • Ben oui, vous êtes coq ! vous êtes né en 69, vous êtes coq !
  • Si vous le dîtes…
  • Et votre mari…
  • EX mari !
  • Oui pardon, votre ex mari, il est de quelle année ?
  • juillet 68
  • Un singe ! Mais non ! Un coq et un singe, ça ne peut pas fonctionner, c’était évident que vos alliez dans le mur !
  • Ben je ne m’en suis aperçue qu’après deux gosses, c’est ballot…. j’aurais dû me vrillée le dos 10 ans plus tôt !
  • Nan, mais vous, il vous faut un buffle !
  • Ah ouais ? Un buffle ? C’est quelle année un buffle ?
  • 1961 !
  • 61 ? Punaise… Déjà que trouver un mec c’est pas facile mais si en plus je dois faire un casting uniquement sur 1961…
  • Bon ! On y va ! Déshabillez-vous, gardez-juste la culotte…
  • Mmmmmhhh…

………………….

  • Bien, mettez-vous devant moi et penchez-vous ! Essayez de toucher vos pieds avec vos mains !
  • Arf, non putain, nooooonnnn !
  • Penchez-vous encore un peu plus … C’est bien !
  • Arf ! Tu m’étonnes que c’est bien ! Je suis en string et t’es derrière moi connard !
  • Parfait ! Alors, votre bassin n’est pas droit, vous avez une jambe plus courte que l’autre, vous avez les jambes trop arquées et vous avez les mâchoires trop serrées ! Allongez-vous sur la table…
  • Punaise, il ne manquerait pus qu’il lise dans mon string !

Arrivent les manipulations…. Etc… Etc…

Retour au bureau. Je suis rouge de honte mais rhabillée !

  • Vous allez avoir encore un peu mal durant deux ou trois jours, allez-y doucement ! ça va ?
  • Ben j’en suis restée au buffle… ça marche vraiment votre truc ?
  • Regardez-moi ! Je suis Chien, il me faut une Chienne ! C’est la meilleure combinaison ! D’ailleurs, je l’ai trouvée ma chienne, c’est ma femme, vous devrez aller la voir, il vous faut des semelles, elle est podologue. ça vous fera 39 euros ! Par carte ?
  • Euh… oui !

Ben vous savez quoi ? Je l’ai trouvé mon buffle ! Sans chercher d’ailleurs ! Je suis tombée sur un pervers narcissique ! J’en ai chié pendant 5 ans !

Aujourd’hui, je suis bien, je suis avec un lapin… 😀

vintage-photos-from-new-years-eves-past-10

 

Maîtresse Shiva en a marre …

Il y a quelques années, j’enseignais le français aux enfants primo-arrivants en école élémentaire. J’avais ce qu’on appelle un poste de CLIN itinérante, je me déplaçais dans les écoles à la rencontre de mes petits élèves étrangers de tous âges (6 à 10 ans) et  de toutes nationalités (russe, turque, brésilien, serbe, croate, tchétchène, marocain, algérien, roumain, italien etc…). J’avais également un 1/2 poste de maître formateur au CASNAV (Centre Académique pour la Scolarisation des enfants Allophones ).

C’est comme ça que j’ai rencontré E… et sa maman G…., tout juste arrivées de Turquie.

Quand je finissais ma journée dans une école, je croisais souvent G…. qui elle, au contraire, commençait la sienne.

Elle donnait les cours de langue et de culture d’origine turque dans les écoles.

G…. connaissait déjà un peu le français mais pas sa fille qui n’avait que 8 ans, donc E…. était mon élève.

G…. et moi avions toujours un petit quart d’heure de battement vers 16H30, on en profitait pour  fumer une petite clope derrière l’école, tout en discutant de nos élèves respectifs.

Elle me demandait si tout allait bien avec sa fille E…., savoir si elle faisait des progrès en français.

Nous étions chacune fraîchement divorcées, on a rapidement sympathisé et nous nous sommes rapprochées.

Sa fille ayant l’âge de mes filles, tout naturellement, j’ai invité E…. et G…. à la maison et nous sommes devenues amies.

vsdq22l

E…. a fait de rapides progrès car sa maman tenait à ce qu’elle soit bilingue, il y avait une motivation commune, s’intégrer et peut être rester en France.

Elles sont restées cinq années, puis le contrat de G…. se terminant et n’étant pas renouvelé, elles sont reparties en Turquie.

On a gardé un lien via Facebook et Messenger jusqu’à aujourd’hui. Elles sont revenues en France l’année dernière mais cette fois à Nantes.

E….. qui, cette année passe le bac français, a voulu revenir dans la région pour participer aux portes ouvertes de l’université et peut être s’y inscrire à la rentrée.

Je l’ai accueillie pour un court week-end et ce fut une grande joie et un vrai bonheur de la retrouver.

Tout ça pour dire qu’à la rentrée de janvier cette année , j’ai reçu en tant qu’instit de maternelle en rep+, une formation du CASNAV et que je me suis sentie comme une cocotte minute prête à exploser…

J’expliquais que tous les élèves allophones que j’avais eus quelques années auparavant, ceux qui avaient le mieux réussi (certains étaient même les premiers de leur classe), c’était ceux qui avaient compris qu’il y  avait un enjeu pour eux et leurs parents (le plus souvent ne pas retourner dans leur pays d’origine et trouver un travail, S’INSTALLER et VIVRE en France).

Si la famille n’a pas cette motivation et ne la communique  pas à ses enfants, ça fonctionne beaucoup moins bien voire même pas du tout. En tant qu’enseignant, on peut mettre en place toutes les nouveautés pédagogiques que l’on veut, si en face, l’enfant apprenant n’est pas motivé, ne comprend pas l’enjeu qui se joue, ne voit pas la nécessité d’être bilingue, ça ne marche pas. D’autant plus quand ses parents lui font espérer un retour au pays. Je suis d’accord sur le fait que le milieu social joue beaucoup mais il ne faut pas généraliser non plus.

Ce que le Casnav me propose de mettre en place lors de cette journée de formation est à nouveau très lourd, demande du temps, du matériel, de l’investissement… Mais il paraît que ça vient du Québec et que c’est formidable (je rappelle juste qu’on ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable, j’entends par là le système éducatif, les langues enseignées, les catégories sociales immigrantes, les modalités de naturalisation etc…)

Pour la faire courte, en maternelle, ce serait bien que j’ai dans ma classe un imagier avec le mot étranger  et sa traduction française afin de communiquer avec l’enfant en cas d’incompréhension) et de faire des « PONTS » entre sa langue maternelle et le français.

Oui bien sûr…

Je suis en REP + avec des enfants issus d’origine diverses  et variées (arabe, turque, serbe, croate…) donc, je me vois bien avec mes différents classeurs d’imagier à farfouiller tout le temps pour trouver le putain de mot qui me manque pour me faire comprendre. Si tant est que le mot dont j’ai besoin soit bien dans l’imagier…

Evidemment,  pendant ce temps là, mes vingt autres élèves seront forcément sages et autonomes, comme on le voit toujours dans les vidéos du site de formation à distance, j’ai nommé… Magistère.

Je n’aurai pas Deniz qui pisse en cachette derrière le coin garage, je n’aurai pas non plus  Tahla qui grimpe sur l’étagère pour choper sa voiture confisquée (il est très fort en escalade), je n’aurai pas non plus Aya qui hurle parce qu’on lui aura piquée son tablier de cuisine… non, non, je n’aurai pas tout ça…

D’après le CASNAV, ce serait bien aussi que je sois avec mon  microphone à l’entrée de l’école, au moment de l’accueil, pour demander aux parents de me traduire dans leur langue un mot que j’enregistrerais et collecterais dans une application  de mon ipad (je n’en ai pas mais c’est pas grave) pour que les enfants puissent l’utiliser à leur tour sur leur tablette ( ils n’en ont pas mais c’est pas grave) et s’apercevoir que parler leur langue en classe, c’est permis, ça n’est pas interdit, ni tabou ; la preuve, la maîtresse fait des « PONTS » entre le français et leur langue maternelle, elle sait dire en plusieurs langues « Bonne année » par exemple…

Oui bien sûr…

Je finis déjà de mettre en place et m’approprier le carnet de suivi pis je reviens ok ?

(Pis je n’empêche pas les enfants à parler entre eux en turc aux coins jeux et ça ne les empêche pas non plus d’essayer de parler français au coin langage et d’être fier de dire le bon mot ; ils ont 3/4 ans mes nains   ❤ )

Pis comme il n’y en avait pas assez, une autre formation sur le langage cette fois,  eut lieu deux semaines plus tard et nous invitait à enregistrer des séances de langage avec chaque élève, individuellement donc… plusieurs fois dans l’année tant qu’à faire, pour constater leurs progrès dans la langue.

Oui bien sûr… Quand  mon nain ne dit rien en septembre puis qu’apparaissent une petite voix et un mot en décembre, une phrase en février et un échange langagier en juin, je n’ai pas besoin de microphone pour constater les progrès du gamin.

Juste pour préciser, ça fait bientôt six semaines qu’on a eu cette formation…

ça fait six semaines que mon ancien collègue du CASNAV ne nous a toujours pas envoyés les liens « intéressants »  de sites et autres outils numériques dont on pourrait se servir.

Je n’ai toujours pas d’ipad (et mes élèves n’ont pas de tablettes non plus d’ailleurs) ni le nom de l’application si prometteuse pour enregistrer les parents (ça devait être dans le mail).

Alors oui, je pourrais tendre mon micro aux parents au moment de l’accueil le matin et qu’ils me traduisent dans leur langue,  les mots dont j’ai besoin au quotidien avec mes élèves pour faire des « PONTS » entre le français et les différentes langues de ma classe…

Oui je pourrais…

600px-flickr_-_dalbera_-_shiva_nataradja_seigneur_de_la_danse_musee_guimet

Mais comme il faut déjà que je garde toujours mon téléphone portable près de moi, prête à dégainer pour prendre en photo la réussite de plusieurs élèves dans la journée, afin d’imprimer ces photos et les consigner dans le carnet de suivi, je me vois mal avec ma tablette ou mon iPad en plus, sans compter mon microphone et mes imagiers…

  • J’en ai déjà ras le bol d’avoir plus de photos de mes élèves sur mon téléphone que de photos de mes propres enfants,
  • j’en ai assez d’avoir un téléphone qui merdoie parce que la mémoire est pleine et que je dois me résigner à acheter une carte micro SD pour gagner en mémoire,
  • je n’ai pas envie d’avoir encore en plus des audios mp3 de mes élèves au milieu de mes audios de méditation et de relaxation parce que j’en ai vraiment besoin de ça par contre, pour débrancher de ma journée,
  • je ne suis pas Shiva qui sait jongler avec appareil photo, iPad,  microphone, imprimante, clé usb, et je ne connais pas un corpus de mots a minima dans 5 ou 6 langues différentes … pour faire des putains de « PONTS » avec mes élèves !

J’ai envie de dire MERDE !

Jouer, peindre, patouiller, chanter, danser, mimer, faire de la cuisine, bricoler, voilà mes « PONTS » pour communiquer avec mes élèves.

Je ne sais pas si t’as remarqué cher lecteur, mais durant toute cette journée de formation, on n’a pas arrêté de me dire de créer « des ponts ». Ben, désolée, je ne suis pas dans le BTP. Ouais je sais, je suis de mauvaise foi.

E…. m’a apportée une jolie réponse lors de son séjour à la maison :

« J’étais obligée d’apprendre le français mais mes parents m’ont expliquée qu’être bilingue était un atout. Que même si on ne restait pas en France, il fallait connaître la langue car ça m’ouvrira des portes plus tard, adulte. Quand je suis arrivée en France, ma maman n’a pas mis les chaînes turques à la télé. Il n’y avait que les chaînes françaises.

Je regardais les dessins animés uniquement en français pour m’imprégner.

Et j’avais des copines à l’école, si je voulais jouer et communiquer avec elles, fallait que j’apprenne le français, quelle que soit leur origine.

Depuis que je suis revenue en France, j’ai constaté que plein d’enfants dont les parents sont d’origine turque comme moi, parlent mal leur propre langue maternelle, j’ai du mal à les comprendre et parfois même leurs parents ne les comprennent pas ! Si on parle mal sa propre langue maternelle, on ne peut pas apprendre une autre langue. Si on ne s’ouvre pas à l’autre et qu’on reste enfermé dans sa communauté, on n’apprend pas. »

(Voilà voilà…)

« Et ce que j’aimais bien quand j’apprenais le français avec toi c’est qu’on faisait plein de jeux de memory, loto, on jouait à « qui est-ce ? , au jeu de 7 familles, aux dominos, tu te souviens ? J’ai appris plein de vocabulaire comme ça, puis on lisait des albums et même on regardait des vidéos de Mister Bean et on racontait ce qu’il faisait, c’était drôle ! Même une fois, on a préparé un goûter, on a mis la table et on a fait la vaisselle… c’était cool. Et quand on était fatigué, tu nous donnais des coloriages d’images sur notre cahier et juste on écoutait. »

pksxhew

 

 

 

 

Je vous dois combien Docteur ?

Il y a des fois comme ça, où tout ne va pas comme tu veux…

Début novembre, j’ai commencé à  souffrir de vertiges neuro sensoriels.

ça m’est arrivée comme ça en me levant un matin… Pis comme je croyais être une super maîtresse, c’est à dire une maîtresse normale mais avec une cape, (on se les gèle un peu depuis un petit bout de temps dans ma contrée donc j’ai une cape), au lieu d’aller voir le médecin, je suis quand même aller bosser.

J’ai fait ça durant quelques jours… Seulement, en maternelle, soit t’as la tête baissée pour parler aux nains quand t’es debout, soit t’es assise sur une chaise de nain et tu lèves la tête pour parler à ta collègue ou ton Atsem. Donc forcément, quand t’as des vertiges, tu ne tiens pas longtemps à ce rythme là. Il y a un jour où tu fais un malaise et où tu finis chez le doc.

Je vous passe le fait que mon médecin généraliste ait pris ça à la légère et ne m’ait octroyée que deux jours d’arrêt…

  •  qu’il ait été surpris que je refasse un malaise en classe et que je revienne le voir la semaine suivante, qu’il m’ait octroyée à nouveau 2 jours d’arrêt,
  • que je sois revenue à nouveau le voir à bout de force la semaine suivante et qu’enfin il m’ait orientée vers une kiné qui faisait de la rééducation pour les vertiges neuro sensoriels,
  • que cette fameuse kiné était en vacances et que donc j’ai encore traîné ma misère durant deux semaines et que j’ai dû reprendre le travail dans le même état…
  • qu’après une dizaine de séances de rééducation neuro sensorielle, une séance d’ostéopatie trois séances d’étiopatie plus tard, des vacances de noël de merde, j’arrive en janvier déprimée, me sentant vieille et inutile et me demandant chaque matin si j’allais pouvoir assurer ma journée d’instit en maternelle.

C’est alors qu’une copine me parla d’un acupuncteur, je l’appelais rapidement et oh surprise, une place se libérait, j’eus un rendez-vous pour le lendemain…

A young girl talking to Santa Claus on the telephone. (Photo by Martha Holmes//Time Life Pictures/Getty Images)

A young girl talking to Santa Claus on the telephone. (Photo by Martha Holmes//Time Life Pictures/Getty Images)

En une séance, j’entraperçus enfin des progrès.

Pourtant, notre rencontre démarra bizarrement…

  • Vous venez pour quoi ?
  • J’ai des vertiges depuis deux mois, au début ça tournait autour de moi et maintenant j’ai des étourdissements, j’ai l’impression d’être bourrée de tanguer H 24, je suis fatiguée à un point que vous n’imaginez pas, j’ai les cervicales bloquées à force de maîtriser chacun de mes gestes, je…
  • C’est quoi votre nom de jeune fille ? Parce que je fais un dossier à ce nom là. Parce qu’après vous divorcez, vous reprenez votre nom, vous me rappelez, je ne vous retrouve pas dans mes dossiers etc… donc c’est quoi votre nom ?
  • P…. Nan mais oh, j’ai pas envie de divorcer ?
  • Vous savez que je vais parler de vous fin Novembre ?
  • Euhhh attends là mon coco, je suis dans un autre espace temps ou bien ? c’est quoi la date aujourd’hui ? Janvier non ? Et tu me parles de novembre ? … ???
  • J’ai un colloque où on va parler de gens comme vous.
  • Comme moi ?
  • Oui, des gens comme vous, des angoissés, des angoissés de la vie, quoi ! Vous vous êtes coincés le méridien.
  • Ooookkkaaaayyyy… ça démarre bien…. Le quoi ?…
  • Donnez moi vos mains !
  • Dans ta gueule ou bien ? ok.

Alors là môssieur baragouine dans sa moustache, lève les yeux au ciel, compte, soupire et là je me dis :

« Nan mais je suis où là ? »

C’est là qu’il me fait une liste non exhaustive :

  • Vous avez les pieds et les fesses froids (nan mais oh de quoi je me mêle ???),
  • vous sentez vos muscles tressauter sous la peau (ouais ça m’arrive),
  • vous avez des règles douloureuses depuis quelques temps ( ah bah oui tiens !!?? mais il est caché dans ma culotte ou bien ?),
  • vous ne voyez pas bien la nuit (ben ouais, je suis pas nyctalope )
  • vous avez un mauvais sommeil (tu m’étonnes John ! )
  • vous avez des maux de tête (ouais, des fois)
  • Vous avez des crampes (ouais c’est vrai)
  • Vous êtes frustrée (et allez donc ! On rentre dans le vif du sujet !)
  • vous vous fixez constamment des objectifs avec un plan pour y arriver et EVIDEMMENT comme ça ne marche pas toujours comme vous l’avez prévu et que vous êtes impatiente voire capricieuse parce que vous voulez tout, tout de suite (je sens qu’on va bien s’entendre nous deux !) vous êtes frustrée voire même en colère, donc frustration sur frustration, bim ! Anxiété généralisée ! ( t’en as d’autres sous le coude là ?)
  • Vous vous coincez le méridien principal ( Mais c’est quoi ce putain de méridien ??? )

Après 60 minutes, allongée avec des aiguilles partout, de la tête aux pieds, môssieur daigne enfin venir me les enlever.

  • Regardez dans vos cheveux si je n’en ai pas oublié  ?

Je me tâte la tête, tout le cuir chevelu, pas d’aiguille.

  • Parce que vous savez, si on vous arrête avec des aiguilles encore plantées dans la peau, on peut vous accusez d’exercice illégal de la médecine, à quoi on peut ajouter recel d’objets volés, délit de fuite aussi si vous ne me payez pas, à savoir 4 x 7,5 euros…
  • ok.
  • bon, on se revoit la semaine prochaine.
  • ok connard.

Ben finalement, le con, il m’a soulagée et il a peut être bien raison…

 

acupressure